- Vols de véhicules – La télématique face aux voleurs -

Les prestataires de l’antivol et de l’après-vol sont mis au défi de la « montée en compétences » des voleurs. Dont la plupart savent que les véhicules s’équipent de systèmes embarqués en première ou seconde monte.

par Manon Lamoureux -

15 octobre 2021

- Magazine N°272

 

vols véhicules

Première méthode : « Les voleurs laissent la voiture “dormir“ à un endroit et viennent la récupérer si elle n’a pas disparu au bout de quelques jours », décrit Anthony Tudal pour Vodafone. D’autres cachent le véhicule en sous-sol où le réseau GSM-GPS est moins performant. Seconde méthode : « Si le vol est effectué par celui à qui correspond le besoin, ce voleur prend le temps de chercher le boîtier pour le désactiver, en particulier la nuit. C’est là où le risque d’échec pour retrouver le véhicule est le plus important », alerte Anthony Tudal. Une situation rencontrée par Cholton (voir le témoignage). « Mieux vaut donc un boîtier indépendant de l’électronique de la voiture, recommande Anthony Tudal. Et nous proposons de doubler la protection en cachant un boîtier autonome supplémentaire en plus de notre système d’origine. » Un boîtier trop visible ou avec une faible autonomie sera moins efficace.

Dernière méthode : « Les voleurs utilisent des dispositifs pour brouiller les signaux émis ou reçus par le véhicule qui disparaît ainsi de toute forme de recherche », explique Olivier David pour Coyote. « Notre prestataire a une solution d’antibrouillage qui assure l’envoi d’un minimum de données de géolocalisation malgré l’emploi de brouilleurs communs du marché », précise Jordan Pitaval pour ADS Group Security (voir le témoignage). Vodafone, qui mise sur la technologie GSM-GPS pour une géolocalisation dynamique toutes les cinq secondes, a aussi développé des parades.

Retour